Bien-être

Une journée parfaite dans le Vieux-Montréal

Publié Fri, 27 Nov 2009 17:29:32 +0000, par Laure Juilliard, dans Lifestyle

Que penseriez-vous de partir en exploration avec moi dans l’un des plus beaux quartiers de Montréal?
De trottiner sur les pavés des rues anciennes, de s’arrêter dans les boutiques hauts de gamme, de savourer des mets dans des restaurants branchés et finalement de se relaxer? Je vous emmène le temps d’un article dans le Vieux-Montréal à la découverte d’endroits divins pas comme les autres.

Je ne le répéterai jamais assez! Pour être en santé, il faut manger! On commence donc par un brunch raffiné dans un restaurant qui l’est tout autant, la suite 701. Très connu pour ses soirées lounges et ses jolies filles, la suite 701 nous montre un autre visage avec ces brunchs simples mais tellement agréables. Le restaurant est calme, la hauteur de plafond impressionnante, les rideaux blancs fins et soyeux.

suite 701

Et que dire de ce long bar en bois, ces chandeliers argentés et ce mobilier chic! Ici on ne retrouve pas les assiettes généreuses et spéciales du plateau Mont-Royal mais on apprécie la qualité de l’endroit et les manières plus qu’appréciables des serveurs.
Baudelaire ne pouvait pas mieux dire : luxe, calme et volupté.

suite 701 montreal

suite 701 café

brunch suite 701

Notre périple continue rue Saint-Paul et notre regard s’arrête sur deux boutiques absolument incontournables : Reborn et Delano Design. Ici on ne badine pas avec la mode. Design parfait pour l’une, galerie d’art intégrée pour l’autre, on y retrouve des créateurs rares et stylés dont certaines des pièces trouveraient bien leur place dans nos garde-robes un peu trop H&Misées…

Chez Reborn on se rue sur les pièces Acne, Filippa K, Denis Gagnon, Fullum & Holt, Fifth Avenue Shoe Repair, Travis Taddeo…

Petite information pour vous mesdemoiselles et messieurs, la boutique organise une vente d’échantillons et d’entrepôts cette fin de semaine! La vente aura lieu au 218 Saint-Paul ouest au deuxième étage, le samedi 28 novembre de 10h00 à 18h00 et le dimanche 29 novembre de 11h00 à 18h00. Prévoyez uniquement de l’argent comptant! De très très bonnes affaires en perspective!

Chez Delano Design, on shoppe Valérie Dumaine, Dinh Ba, Eve Gravel, Miss Mak, Ophélie Hats… bref des créateurs québécois vraiment en vogue! On est accueilli par un staff adorable, serviable et souriant. Voici un petit aperçu de ce que vous pourriez y acheter ou contempler.

delano design

boutique delano design

delano design montreal

boutique delano design montreal

Enfin, après tant d’activités stressantes ;), on descend sur la rue de la Commune et on se délecte d’un bain dans le Spa Scandinave les bains du Vieux-Montréal, un havre de paix chicissime, ennemi juré du stress et de la fatigue. Je vous laisse apprécier par vous-même avec cette petite vidéo.

***JEU CONCOURS***

Si vous aussi vous avez envie d’un petit bout de cette journée magique, le Spa Scandinave les bains du Vieux-Montréal vous offre six invitations pour un accès aux bains et une réduction sur les massages! Pour en gagner une, rien de plus simple! Pour contrebalancer avec cette journée trop parfaite, racontez-moi en quelques mots avant vendredi 4 décembre minuit, votre pire expérience dans un restaurant, une boutique ou un spa (dans les commentaires de cet article). Je publierai les noms des gagnants samedi 5 décembre sur twitter, facebook et dans les commentaires de cet article.

J’ai hâte de vous lire! Bonne chance!

La suite 701 – 701 Cote de la Place-d’Armes Montreal, QC H2Y 2X6
Reborn – 231, rue Saint-Paul Ouest, Montreal, QC, H2Y 2A2
Delano Design – 70, rue Saint-Paul Ouest Montréal, QC H2Y 1Y8 – [email protected]
Spa Sandinave les bains Vieux-Montréal – 71 rue de la Commune Ouest, Montréal, Québec, H2Y 2C6


Vos Commentaires

16 commentaires

Dans un restaurant, St Michel, Paris:

Quartier ô combien touristique, je m’aventure avec un ami dans un restaurant « italien ». Erreur!
Tout commence le plus naturellement du monde, nous optons pour deux salades: une au chèvre pour moi, une au saumon pour mon ami. Été oblige…
Bon, le serveur n’est déjà pas très aimable mais ce qui commence à me faire peur, c’est son aspect disons…très sale.
Je ne me laisse pas impressionner, et nous attendons patiemment nos assiettes qui mettent tout de même 25min à arriver, après que je les ai eu relancé 2 fois!
Et là, premier drame: salade qui avait du trainer à l’air libre des jours entiers, tranche de pain de mie brûlée(!!!) avec une tartinade style vache qui rit. That’s it for me.
Mon ami est aussi chanceux que moi: même salade, même pain de mie brulée mais avec un bout de saumon sentant (trop) fort.

Bref, je ne me laisse pas faire. « Changez ca de suite svp, la tartine est brulée et la salade pourrie ». L’homme ne se laisse pas démonter et commencer a argumenter que « non mademoiselle, c’est tout a faire comme cela qu’on fait les tartines d’habitude ». Après plusieurs minutes d’argumentation, il finit par les reprendre…

En attendant qu’il revienne, je vais faire une pause pipi.
Et là, la cerise sur le gâteau.
En allumant la lumière dans les toilettes, je vois un cafard courir! C’est évidemment moi qui repars en courant effrayée et dégoutée. Je passe à ce moment près des cuisines, pour constater au passage que ces fameuses tartines sont réchauffées non pas au four, mais au micro ondes, sans même prendre la peine d’enlever la salade de l’assiette…

Bref, on est partis dès que je suis revenue à la table après avoir été empêchés (!!) de sortir par l’homme en question qui voulait qu’on paye les assiettes qu’il ramenait…

Morale de l’histoire: Éviter les quartiers trop touristiques de Paris, sinon c’est un coup à finir à l’hôpital pour intoxication alimentaire!

P.S: Super ton blog Laure, je lis très souvent :)

Commentaire de Nina B., le 27 novembre 2009

Énorme… je suis bien d’accord avec toi, les restos trop touristiques sont souvent décevants… mais celui là est particulièrement salé tout de même! Merci pour ta participation et ton joli compliment :)

Commentaire de Laure, le 27 novembre 2009

Un resto tout ce qu’il y à de plus ordinaire à Montréal, sur St-Denis il me semble, qui n’existe plus heureusement. Je n’ai jamais retenu le nom… Jamais voulu! ;-)

Je commande un plat de fettuccini aux fruits de mer et je m’informe à savoir ce qu’il y a exactement dans le plat. HORREUR! Des mini pieuvres. Peut-on les enlever svp? Le serveur, qui me semblait pas trop écouter, part faire ma commande.

30 minutes plus tard, j’ai mon plat devant moi, et je commence à déguster le plat. Très bon! Puis, je tasse une nouille et… HORREUR! Le fond entier de mon plat est submergé de mini pieuvres! Demandant une explication au serveur, je me fais répondre que le plat est toujours fait ainsi. Ce n’est pas moi le chef, alors…

Je suis finalement parti sans dire un mot… Et sans payer!

Commentaire de Jean-Philippe Murray, le 28 novembre 2009

aaarrrrgggg…. pauvres petites bêtes…. j’imagine le fond de l’assiette et j’en frémis…

Commentaire de Laure, le 28 novembre 2009

Je n’ai pas de pire souvenirs, car les mauvais souvenirs…je fais en sorte de les oublier. Je me souviens tout de même d’un resto à Toronto dans la petite Italie où j’ai attendu une pizza plus d’1 heure et demiiiiiiiiiiiiiiiiii. Au bout de 45 minutes le serveur est venu apporter des antipastiiiiiiiiii… en France attendre 30 minutes n’a rien d’anormal…car le pain est déjà sur la table, mais on s’habitue à la rapidité du service iciiiiiiiiiiiii.

restons positives tout de même, soyons légères et désinvoltes ! au diable les complaintes… si ça ne nous plaît pas et bien n’y retournons pas !

Commentaire de leraudat claire, le 28 novembre 2009

Il y a quelques semaines je suis allé chez Blanc Rouge Bistro Moderne sur la rue Saint-Denis à Montréal avec des copines.

On ne nous avait pas averti qu’il y avait 2 services lorsqu’on a réservé! Mais comme le restaurant était à moitié plein on s’est dit qu’il n’y avait pas de problèmes… Le serveur est venu s’assurer 2 fois pendant notre repas qu’on aurait quitté à 9h30 au plus tard. Quand on est parti le resto était presque vide et une heure plus tard quand on est repassé devant pour aller chercher notre auto, il était toujours vide….

On a mangé stressé pour rien et chose certaine, on ne va plus y retourner!

Commentaire de Caroline, le 28 novembre 2009

Je me souviend d’un brunch avec ma famille. J’avais commander une bonne pizza déjeuné et ils m’ont apporté une omelettes! Hey bien, ma famille a eu le temps de finir leursplatset j’ai recu mon plat en même temps que les additions!

Commentaire de Amélie, le 29 novembre 2009

la nourriture a l’air d’être trés raffinée et l’endroit est magnifiquement décoré
Chez Delano Design j’aime beaucoup les chapeaux

Commentaire de nadya, le 30 novembre 2009

de toutes mes experiences shopping, les ventes presses parisiennes sont certainement mes pires souvenirs, mais aussi les meilleurs. L’attente interminable est souvent liée à l’excitation du privilege offert et à la quête du graal tant espéré.
mais certaines peuvent carrément tourner au cauchemar: Il y a deux ans, une amie m’invite à la vente Sonia Rykiel. Je me réveille à l’aube complêtement malade, ca demarre tres fort..! Qu’à cela ne tienne, deux tylenols et hop dans le metro parisien.
Sur place je retrouve mon amie déja dans la file, et, Ô joie, très bien placée: une vingtaine de personnes à peine sont devant elle. Comme on avait prévu le coup, on a tout de même plus de deux heures d’avance avant l’ouverture. On ne s’est pas vu depuis longtemps, nous discutons donc sans prêter attention à ce qui nous entoure; et quand je me retourne au bout de vingt minutes afin de jeter un oeil, à ma grande (mauvaise) surprise, les 20 personnes devant nous se sont transformé en une bonne soixantaine! Et pas des moindres: Munies d’énormes cabas en plastique tressé (ceux que l’on trouve à Barbès), vêtues de boubous africain, elles s’appellent à la criée comme sur un marché de la cote d’azur en pleine saison estivale. Il semble évident que ce sont les fameuses revendeuses que redoutent tant les marques… Sonia, elle, n’a pas l’air de s’en soucier. Plus les minutes passent, plus la file devant nous s’allonge. quelques instant avant l’ouverture des portes, Il n’y a pas loin de 100 personnes devant nous. nous qui nous attendions une reaction radicales de la part de vigiles,sommes bien déçues : au contraire ils semblent etre dans la connivence. trois quart-d’heure plus tard nous entrons enfin…. pour découvrir un vrai champs de bataille: C’est bien simple, ca ressemble plus à l’Irak apres Bush qu’à une vente privée parisienne.
Pas découragée pour autant, nous fouillons dans le peu de choses qu’il reste. Je finis par dégoter une superbe paire de stilettos vernies et quelques petits pull. Je fonce à la caisse ravie de mes trouvaille. Je dégaine ma visa, ce qui ne semble pas rejouir la jeune fille en face de moi:  » nous ne prennons que du cash »
je reponds du tac au tac » PARDON?!?! alors pourquoi sur l’invitation, il est ecrit Carte autorisé?? »
 » Notre terminal ne fonctionne plus, donc nous ne prennons que du cash »
« mais comment je fais?? »
 » vous pouvez sortir prendre de l’argent…. mais je ne peux rien mettre de coté et il faudrait refaire la queue à l’entrée, c’est la politique de la maison »
outrée, j’ai posé les vêtements sur le comptoir sans dire un mot, suis repartie aussi dignement que possible et me jurant que JAMAIS plus on ne m’y reprendra!

Commentaire de Clotilde, le 1 décembre 2009

Pire expérience… disons que la dernière expérience désagréable des derniers temps fût dans une nouvelle pizzeria hip de Montréal ou j’ai dû attendre 1h30 pour une foutue pizza! Le service était abominable et mon humeur ne s’améliorait pas de minute en minute. Au moins, ce n’est pas le cas dans tous les restos de la ville!

Commentaire de gabrielle, le 1 décembre 2009

Ah seigneur! Ma pire expérience à été au Trinity ou mes copines et moi avons carrément été snobées par un serveur. Il était arrogant et insistait pour qu’on achète une bouteille de vodka(!) C,est du vin qu’on voulait et depuis quand 4 filles seules commandent une bouteille de vodka dans un resto? Ça été tellement grave que j’en ai fait une plainte le lendemain et je ne suis plus jamais retournée. Pourtant, j’y avais été une fois auparavant et tout c’était bien passé… peut-être sommes nous tombées sur la mauvaise personne…

Commentaire de mtlfashion, le 1 décembre 2009

Soirée de la veille du Jour de l’an, dans un resto hip du Vieux-Montréal.

Nous étions le deuxième service de la soirée, alors nous arrivons tous festifs et bien habillés, à 21h. Malgré notre réservation, il semble y avoir beaucoup (trop) de monde et notre groupe se retrouve divisé en 2 tables, très petites (nos genoux se cognent sous la table!!).

Ensuite, nous commandons le repas et commençons tranquillement à siroter nos apérôts….La nourriture se fait attendre, alors on commande le vin….On nous assure que les entrées s’en viennent et on nous apporte du pain en abondance. Mais voilà, les minutes passent et on nous amène maintenant du pain brun (il ne semble plus y avoir de baguettes) et toujours pas l’ombre d’une entrée….Finalement, on est un peu mitigés par la situation, certains sont fâchés, d’autres rigolent, mais on se sent tous l’estomac un peu embrouillé (étant donné l’alcool et l’absence de nourriture). On poursuit nos discussions et soudainement, qqun regarde sa montre et se rend compte qu’il est minuit passé, le comble, ils ont oublié de faire le décompte de la nouvelle année !! Finalement, on s’enlace, s’embrasse, se souhaite la bonne année et….toujours pas de nourriture. Nos entrées et nos plats principaux sont finalement arrivés en même temps, en catastrophe… à 1h30 du matin !

Nous nous sommes bien sûr plaints et nous avons finalement rien payé de notre repas- quelle perte pour le resto!! J’ai souvent entendu que les chefs et personnel de restos dijonctent parfois au Jour de l’an, devant la pression du temps des fêtes et j’ai l’impression que c’est peut-être ce qui est arrivé. Ils ne nous ont donné aucune explication. C’était plutôt frustrant, mais on ri beaucoup aujourd’hui quand on se remémore cette soirée…

Commentaire de AB, le 3 décembre 2009

Pire expérience de resto dites-vous ?

La pire, c’est certainement celle où ce n’est ni la bouffe, ni l’ambiance, ni l’attente qui a rendu l’expérience mémorable (dans le sens de on s’en souvient…), mais la compagnie. Il y a de ça deux ans (était-ce 3… ma mémoire flanche un peu), dans un resto dans le East Village New-Yorkais. C’était ma première virée en sol américain, depuis ma majorité. Majorité qui n’était toutefois pas confirmée sur le sol de l’Oncle Sam. Toutefois, chance oblige, j’ai pu entrer dans le restaurant sans avoir à présenter mes cartes d’identité. Une fois à l’intérieur, mes convives et moi commandons du vin, buvons à foison, puis ma coloc (et responsable partielle de ma mésaventure) lance l’idée d’honorer une tradition américaine millénaire, le dine and dash. Incapable de partir du resto sans régler ma note, la proposition incongrue s’est tournée en bataille royale autour de la table. L’amie de ma coloc qui s’opposait à l’idée a reçue un verre de vin dans la figure (par ma coloc) pour ne pas l’avoir appuyée. Elle réplique par un verre d’eau, les deux sortent complètement énervées et se criant des insultes. Total des dégats, 2 verres détruits (que l’on ajoute à notre facture), une tache de vin énorme sur la nappe et 2 filles énervées qui ne veulent plus se parler. La ville qui ne dort jamais mérite bien son nom, car je n’ai pas pu dormir de la nuit entendant les deux filles e crier dessus.

J’en dirais plus, mais je crains que le reste ne soit qu’hyperbole.

Commentaire de Mathieu, le 4 décembre 2009

Ma pire expérience a eu lieu à peu près, il y a 10 ans, au fameux restaurant de smoked meat Ben’s (RIP). Après un 5 à 7, l’idée d’un bon smoked meat bien gras nous a charmé, et c’est en groupe de 10 que nous nous sommes présentés chez Ben’s. Les serveurs, qui à deux totalisaient presque 100 ans de loyaux services, ont déplacé des tables pour nous faire une place. Nous étions tous bien heureux d’essayer enfin cette institution montréalaise. Le serveur a pris notre commande d’une façon plutôt bête, mais encore là, on trouvait que ça ne faisait qu’augmenter le niveau pithoresque de la place.
Puis lorsque le dernier smoke meat a été servi, le serveur a perdu son plasteur (diachilon) qui était autour de son index sur la table. Et nous, de regarder le morceau dégoutant avec horeur, et le serveur de nous souhaiter bonne appétit sans se rendre compte de rien.
Jeunes et innocents que nous étions, nous n’avons rien dit, et avons tassé le dégoutant morceau avec une serviette de table.
Les smoked meat sont dures à digérer, celui là a été impossible a digéré. Oufff. J’ai encore le coeur qui me lève.

Commentaire de pageblanche, le 4 décembre 2009

Ma pire expérience est dans une boutique parisienne dans le Marais. J’avais début trentaine et j’avais l’air d’en avoir 22 tout au plus. J’avais vu des fringues qui me plaisaient et la vendeuse qui était dans la boutique m’ignorait totalement et me lançait des regards snobinards, comme si elle se disait que je n’avais pas les moyens d’acheter dans la boutique. J’étais insultée et je lui ai dit:  » écoutez, je suis ici parce que je veux acheter et j’en ai les moyens, alors arrêtez de me faire de l’attitude. Vous êtes vendeuse ici, alors vous n’avez probablement même pas les moyens de vous payer les fringues de la boutique. » Et vlan dans les dents! Elle s’est adoucie et m’a servie. C’est vraiment parce que je voulais absolument ces vêtements que je suis restée et surtout moi qui suis très calme, je me surprends de lui avoir répondu sur ce ton. J’avoue toutefois que ça m’a fait du bien ;-)

Commentaire de indigonat, le 5 décembre 2009

Confessions d’une fille qui allait passer une belle journée de Pâques dans le Vieux-Montréal avec sa belle-famille et qui en est ressortie avec un goût amer… Le propriétaire de la boutique Delano Design (http://www.delanodesign.com/) dans le Vieux-Montréal est l’homme le plus aigri et frustré qui m’a été donné de rencontrer dans ma vie! Cet homme se sent tellement supérieur aux autres qu’il se permet de traiter les gens sans aucun respect en leur criant de foutre le camp de son magasin et tout cela… parce que nous avions des cafés pour emporter en mains! Celui qui se dit surveillant de la boutique, comme il s’est plu à nous le dire (mais surtout pour nous narguer davantage), a repoussé les limites du manque de savoir-vivre à un niveau que je ne croyais pas possible! Ce gentil homme nous a donc finalement montré la porte de sortie en disant qu’il ne voulait pas d’une clientèle comme la nôtre dans sa boutique (une clientèle qui marche avec des cafés en mains). Alors je terminerai par ceci, on dit que dans la vie on récolte ce que l’on sème, eh bien, j’espère de tout coeur que cet être sympathique aura ce qu’il mérite!

Commentaire de Audrey, le 31 mars 2013

Ajouter un nouveau commentaire

Votre courriel n'est jamais publié ni partagé. Les champs obligatoires sont marqués de *